le 8 Juillet 2017

Obtenir des billets pour Wimbledon

Vous aimez le tennis ? Vous assistez souvent aux différents tournois à travers la planète ? Vous savez alors que chaque tournoi et plus particulièrement chaque Grand Chelem a ses particularités d’accès. Chacun dispose de ses us et coutumes ; et il est plus difficile d’accéder à certains tournois que d’autres. Vous savez certainement que le tournoi de Wimbledon figure parmi les plus difficiles d’accès au monde. Si ce n’est pas le cas, vous allez vous en rendre compte à travers cet article !

Différents moyens pour obtenir des tickets

Pour obtenir le précieux graal afin d’admirer les meilleurs joueurs de la planète tennis sur le gazon londonien, vous avez différentes solutions :

  • Les « Debentures » : cela consiste à acheter une place réservée pour 5 ans minimum. La mise en vente de ces tickets Wimbledon a lieu tous les 4-5 ans. Elles coûtent plutôt cher et il n’est pas facile de les réserver. Vous pouvez cliquer sur ce lien pour avoir plus d’informations.
  • Le Balot : il s’agit d’un tirage au sort. Il faut postuler avant le 31 décembre de l’année précédente. Par contre, vous ne pouvez choisir ni le lieu, ni le jour, ni vos joueurs… Cette option n’est pas très pratique pour ceux qui ne résident pas à Londres. Plus d’infos par ici.
  • Les Hospitalités : vous devez passer par des agences officielles pour obtenir des prestations VIP. Pas évidente comme solution ! Vous avez les infos ici.
  • La Queue: ou « The Queue » est certainement la façon la plus égalitaire d’obtenir un billet Wimbledon. Vous devez juste faire la queue et vous armer de patience pour pouvoir rentrer dans le temple du tennis ! Cette tradition purement anglo-saxonne existe depuis bien longtemps en outre-manche. Moi, j’ai choisi cette solution pour réaliser un de mes plus grands rêves. Je vais vous raconter mon aventure dans cet article.

J’ai réussi à motiver deux amis pour m’accompagner dans cette grande aventure. Avec moi, impossible d’être les derniers lorsqu’il s’agit de baroud sportif !

Nous avions choisi de partir le jeudi soir pour faire la queue le vendredi et assister aux matchs du samedi. Notre principal objectif était de voir évoluer Roger Federer sur le court central.

De Nice, les vols pour Londres sont assez fréquents et on peut trouver des prix plutôt intéressants, surtout avec Ryanair. Personnellement, je pense qu’il est plus judicieux de consulter Google Flight afin de trouver la meilleure date et le meilleur prix quand vous envisagez de faire un voyage pour un événement sportif.

Nous sommes donc arrivés à l’Aéroport de Stansted aux alentours de 23 h. Il se situe dans le nord de Londres, à plus d’une heure de la ville, en fonction de votre moyen de transport. C’est le prix à payer quand on veut des vols plus économiques !

“The Queue” expliqué en détail

Pour en revenir au système de « Queue », la façon dont sont attribués les tickets Wimbledon est assez limpide. Chaque jour, 1500 places sont attribuées pour les trois courts principaux de Wimbledon : 500 pour le Centre Court, 500 pour le court numéro 1 et les 500 autres pour le court numéro 2. Les restes sont des billets d’admission générale qui permettent simplement d’entrer dans le stade ; de se balader sur les annexes et les terrains d’entrainement ; mais aussi de réaliser des emplettes.

Nous arrivons dans le centre de Londres aux alentours de 1 h du matin. La première question que nous nous posions, c’est de savoir si nous pouvions aller directement faire la queue à Wimbledon. Nous ne savions pas s’il était permis d’arriver plus de 24 h avant la journée à laquelle on souhaitait assister. Je n’avais pas réussi à trouver cette réponse sur le web. Je me demandais : A-t-on le droit d’arriver 2, 3, 4, 5 jours avant pour être sûr d’y assister ?

La réponse est OUI, vous pouvez arriver quand vous voulez pour faire la queue à Wimbledon et être certain d’assister à la journée que vous souhaitez. Dommage que nous n’ayons eu la réponse à cette question qu’une fois sur place !

Après hésitation, nous avons choisi d’aller récupérer les tentes que nous avions fait livrer chez un ami. Nous avions acheté des tentes à très bon prix sur ce site. Nous savions très bien que nous ne les ramènerions pas avec nous…

Une fois les tentes récupérées, nous avons choisi de passer à l’auberge de jeunesse qui est idéalement située à seulement 4 arrêts de métro du Wimbledon. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette auberge, c’est par ici. Nous y sommes arrivés vers 3 h du matin, pour nous réveiller 1 h 30 plus tard, afin d’être à Wimbledon à 6 h du matin.

Sur le chemin pour Wimbledon, nous n’étions évidemment pas seuls. Au moment de rentrer dans l’espace réservé, nous comprenions que finalement, venir directement après avoir récupéré les tentes aurait pu être une bonne idée !

En arrivant, nous sommes accueillis par des stewards qui nous indiquent la marche à suivre et dans quelle file se mettre.

Préparez vous à patienter…

Enfin, nous voilà à faire la « Queue » ! Il est 6 h du matin, le soleil se lève, on aperçoit un terrain en herbe. Bien sûr, nous sommes des milliers de personnes à avoir eu la même idée.

Dès que vous arrivez, peu importe le jour, vous vous retrouvez à faire la queue le jour même. Nous avons donc commencé à faire la queue le vendredi avec les « Queue Card », sur une file d’à peu près 4800 personnes. Si nous avions choisi d’aller à Wimbledon que le vendredi, nous n’aurions donc eu accès qu’aux courts annexes.

Des cartes vous sont remises dès votre arrivée et votre numéro, à ce moment, a peu d’importance. Vous avez à peu près 2 heures d’attente. Vers 8 h du matin, vous vous positionnez dans une deuxième queue, celle des personnes qui ne veulent pas assister à Wimbledon le jour même.

Une fois que vous êtes dans la queue des personnes qui veulent assister aux matchs du lendemain (ou plus tard), vous pouvez installer votre tente à l’endroit où les stewards vous indiquent. Vous êtes toujours dans l’ordre des « Queue Card ». Vous ne pouvez donc en aucun cas tricher ! Chaque emplacement est méticuleusement renseigné afin d’optimiser l’espace comme vous pouvez le voir sur cette photo.

tentes Wimbledon

Une fois votre tente installée, vous pouvez sortir les chaises, les bières, les cartes et les jeux. Sachez tout de même que vous devez rester assez proche de votre tente, car les stewards circulent souvent. Ils vérifient les tentes et donnent pas mal d’infos utiles. Si vous n’êtes pas présent au moment où ils passent, ils ne se gêneront pas à enlever votre tente. Pourtant, ça aurait était plus simple si on pouvait tout simplement planter sa tente, partir faire un tour et revenir le lendemain.

À présent, le stress commence à monter ! Vous savez que ce n’est pas sûr que vous soyez parmi les 500 à pouvoir entrer. Vous attendez la Queue Card, celle qui définira votre place pour le lendemain. Nous nous sommes mis à compter les tentes, une, deux… ; à faire des moyennes de personnes par tente. Nous avons même eu la bonne idée de demander aux autres s’ils étaient venus pour assister aux matchs d’autres joueurs que Federer et Djokovic ! Vous imaginez évidemment quelles étaient les réponses ! Mais le doute ne s’arrêtait pas là ! Il fallait également attendre le programme pour savoir si Federer et Djokovic allaient jouer sur le court central. Si l’un des deux avait été programmé sur le court Numéro 1, nous avions quand même une chance sur deux de voir l’autre jouer sur le Centre Court. Au pire, nous serions allés sur le Numéro 1 pour voir Djokovic.

À partir de 15 h, les stewards commençaient à arranger les Queue Card, tente par tente ; en commençant bien évidemment par la première installée. À cet instant, la première Queue Card a été distribuée à une dame qui était là depuis mardi. Tous les jours, elle restait dans la queue afin d’être sure d’assister à la journée du samedi.

Après plus d’une heure d’attente et d’aller-retour pour vérifier si la 500e queue avait été distribuée ou non, nos Queue Card arrivaient enfin ! Résultat : 550, 551, 552.

Queue Card
Queue Card

Ne pas se démobiliser

Nous ne serons donc pas parmi les 500 premiers ; à moins que 50 personnes au minimum choisissent de rester dans la queue pour la journée du lundi, car dimanche il n’y a pas de match à Wimbledon. On pouvait aussi espérer qu’elles choisissent d’aller sur un autre court que le Centre Court. Nous étions bien conscients que la chance que cela se produise était infime !

Une fois la Queue Card récupérée, nous pouvions enfin penser à autre chose et profiter de ce bel après-midi londonien ensoleillé. Au programme : bière, tarot, foot, belles rencontres… !

En fin de soirée, aux alentours de 19 h, le programme est indiqué : sur le court central : Raswanska – Bacsinszky, Djokovic – Gulbis et Federer – Zverev. Sur le Numéro 1 : Raonic – Ramos-Vinolas, Wozniacki – Kontaveit et Thiem – Donaldson.

Vous l’aurez deviné, c’était quasiment impossible que les personnes devant nous choisissent le court numéro 1 ! Je me souviens bien qu’il y avait pas mal de personnes venues d’Asie, juste pour voir Federer !

Bref, après une journée plutôt longue et fatigante (nous avons quand même pu manger le fameux Fish and chips), nous ne pouvions que discuter, tout en gardant espoir pour le lendemain.

La nuit tombe et les lumières s’éteignent, il est environ 22 h. Vous devez maintenant vous coucher, mais si vous souhaitez rester à l’extérieur, vous ne devez surtout pas faire de bruit.

Nous avons choisi de rejoindre nos fameuses tentes Argos (nous étions deux dans une tente). La nuit fut compliquée, car nous n’avions pas de vrai sac de couchage. Ce fut une nuit à même le sol avec la fraicheur londonienne… Mais bon, apparemment, tout cela fait partie de l’expérience Wimbledon ! Vous pouvez très bien avoir un meilleur confort, une tente plus commode, mais vous devez, dans ce cas, faire face aux problèmes de transport et aux éventuelles difficultés au retour.

Le Jour J

Le lendemain, les stewards vous réveillent vers 5 h -5 h 30. Vous devez vous préparer et ranger vos tentes. Tout doit être fait à 7 h du matin au plus tard. Eh oui ! Tous les matins, c’est le même cirque, car il faut libérer l’espace. Puis, vous devez comprendre que les personnes qui veulent faire la queue pour le lundi doivent s’installer.

Une fois prêt, si vous avez des sacs à dos, vous devez faire la queue (encore une fois) à la consigne pour ranger vos affaires.

Vers 8 h, vous êtes dirigé vers le stade de Wimbledon pour qu’on vous remette votre bracelet. Le moment de vérité va bientôt arriver puisque c’est ce bracelet qui va déterminer sur quel court vous allez accéder. Nous avions encore un minimum d’espoir, qui fut vite dissipé, quand le dernier bracelet pour le Centre Court est donné. Malheureusement, il y avait encore 30 personnes devant nous.

Nous avons donc choisi le court Numéro 1 ! Ce matin-là, une ambiance plutôt positive régnait au sein de notre équipe. Nous pouvions être fiers de nous ! Nous avons tout tenté pour accéder au Centre Court, le court le plus prestigieux de la planète. En somme, nous avons fait 27 heures de queue ! Nous étions juste déterminés et avions gardé espoir jusqu’au bout !

Une fois que vous recevez votre bracelet, vous êtes dirigé vers les caisses où vous devez acheter votre billet Wimbledon. À 9 h pile, les guichets ouvrent et vous pouvez acheter votre ticket. Des stewards se plaçaient sur chaque guichet et bien entendu, ils vérifient votre bracelet. Pour notre part, nous ne pouvions aller qu’aux guichets de vente du court Numéro 1.

Il est 9 h 10, nous voila enfin au stade de Wimbledon ! Peu importe ce qui s’est passé, c’est tout de même un rêve qui se réalise. Être dans le temple du tennis après tant d’efforts, que du bonheur ! Nous faisons un tour sur les terrains d’entrainement, un petit salut à JWT, des burritos… Mais aussi, une ballade entre les courts annexes et le fameux court numéro 17 où nous avons pu admirer la plaque en mémoire du match de tennis le plus long de l’histoire.

Accès sur le Centre Court

La veille, nous avions rencontré deux Français venus avec leur grand-père. Ils avaient plus d’expérience que nous puisque c’était la deuxième fois qu’ils venaient faire la queue à Wimbledon. Ils nous avaient dit que même si nous n’avions pas de billet pour le Centre Court, nous pouvions tout de même le visiter avant le début des matchs.

Il est maintenant 10 h 30, nous nous rendons sur le Centre Court pour au moins voir à quoi ressemble ce court mythique. Une fois à l’intérieur, vous vous rendez compte que ce n’est pas le stade le plus impressionnant au monde, surtout si vous avez déjà vu Arthur Ashe Stadium. Toutefois, être sur ce court vous procure une sensation particulière quand vous connaissez son histoire. Ce terrain en herbe, cette tradition anglaise, ces places sous le toit que j’observais depuis mon canapé depuis des années… enfin, j’y suis ! Nous avons pris des photos sur tous les angles, parlé à différentes catégories du personnel : caméraman, statisticien, stewards…

Bref, une fois l’excitation passée, nous décidions de tenter le tout pour le tout pour rester sur le court central. Nous nous disions : « nous y sommes, nous y restons ! » Nous essayions alors de nous cacher, chacun de nous devait choisir une place dans différents secteurs.

Quand j’ai vu 12 h 30 sur ma montre, j’étais étonné que personne ne vienne nous dire de sortir. Pourtant, les gens qui avaient « officiellement » des places ont commencé à entrer dans le stade. Nous nous sommes donc faufilés dans la foule, en nous asseyant sur différents sièges. J’imagine que les stewards ont dû penser que nous aussi, nous avions des tickets Wibledon pour le Centre Court. Mais le plus dur reste à venir : comment trouver des sièges qui allaient rester inoccupés ?

Comme le premier match était un match de tennis féminin, nous n’avions pas eu de problème. Nous devions juste nous déplacer d’un siège à un autre de temps en temps. Seulement, un de mes amis s’est fait exclure du court. Un steward est venu placer une personne à sa place.car il n’avait pas de billet. À la fin de ce match, mon autre ami, qui était à côté de moi, décida d’aller manger, donc de sortir du court. Je suis resté, car il était juste impossible pour moi de quitter le court central et de prendre le risque de ne pas pouvoir revenir.

Arrive maintenant le deuxième match avec Djokovic ! Évidemment, il y a beaucoup plus de monde que lors du match féminin. Mais déterminé comme je suis, j’arrive tout de même à trouver une place, qui plus est, est plutôt bien située. Tous les deux jeux, lorsque les joueurs changent de côté, les stewards laissent entrer d’autres personnes dans l’enceinte. En une dizaine de changements de côté, j’ai dû changer de place plusieurs fois. Je sentais peser les regards de certaines personnes sur moi. À chaque fois que je devais changer de place, je trouvais une excuse différente.

J’étais donc là, en train de suivre le match de Djokovic tant bien que mal. Mes deux amis, eux, étaient sur le court Numéro 1. Quelques minutes avant la fin du match de Djokovic, j’ai aperçu 6 places non occupées un peu plus loin. Je m’y rends après un énième changement de côté et me dis que peut-être, je serais plus tranquille avec 6 places de libre côte à côte.

À la fin du match de Djokovic, un couple arrive, il ne reste donc plus que 4 places de dispo. Je demande alors à mon voisin si ces 4 places sont libres et il me répond que je n’avais aucun souci à me faire, car les 4 personnes qui étaient assises là sont déjà parties. Ouf ! Quel soulagement ! Sauf que 5 minutes plus tard, le match de Federer n’avait toujours pas commencé et un autre couple est arrivé pour occuper deux autres places. Plus que deux places donc, alors qu’aux alentours il n’y avait plus qu’un siège de dispo.

Entre temps, mes deux autres amis ont finalement réussi à revenir sur le Centre Court. Ils ont pu se faufiler derrière quand un des stewards était occupé à accompagner une personne à sa place.

La délivrance

Un de mes amis avait récupéré la place d’une personne qui était déjà partie. Plus de soucis de son côté ! Pour ma part, j’ai de nouveau demandé au couple qui venait d’arriver si les places étaient libres. Ils me certifient que c’était des amis à eux qui les occupaient et qu’ils étaient partis définitivement. Enfin, je pouvais souffler et assister au match de Federer sans stresser. J’appelle mon autre ami pour qu’il me rejoigne. Et voila ! Notre rêve se réalise, nous assistons à un match de Federer sur le Centre Court de Wimbledon ! Que demander de plus ? Franchement, rien ! Tout était parfait ! À cet instant, la queue, la nuit, la fatigue, tout cela n’existait plus !

Une fois sortis, nous devions repasser à la boutique pour récupérer nos affaires. Bien évidemment, nous avons dû refaire la queue et patienter à peu près 1 heure. Mais après autant d’émotions, cette queue paraissait tellement facile.

À la fin de cette journée bien remplie, nous étions juste comblés ! Après 27 heures de queue, nous avons réussi à assister à un match d’une légende du tennis, dans un endroit plus que mythique ! Nous avons atteint l’objectif que nous nous étions fixé. C’est ce qu’on appelle : « baroude réussi ! »

Astuce : Même si vous n’avez pas réussi à avoir des billets pour le Centre Court, allez le visiter et essayez de garder une place sur le court

Plus d’articles de Tennis